Misfits, une série brut de décoffrage

Non quand je dis Misfits je ne parle pas de ce groupe américain d’horror punk (ouh qu’ils sont beaux tiens : clip) ni de ce film avec Marilyn. Encore moins de Misfits of science (générique à couper le souffle ici) mais plutôt de cette série tv britannique détonnante découverte au hasard de mes recherches sur l’un des acteurs. La saison 2 vient de s’achever que déjà la troisième se fait attendre (automne 2011 : on a le temps de spéculer…).

Du quotidien à l’extraordinaire

Misfits c’est l’histoire de 5 d’jeunes qui n’ont rien en commun mais qui, après avoir rudement merdé et ce chacun à sa façon : vols, agressions, incendie, deal de drogue etc., doivent effectuer des travaux d’intérêt général. La rencontre du sportif cool, de l’allumeuse, du petit malin, du timide maladif et de la râleuse est explosive. Vétus d’une seyante combinaison orange les voilà obligés de recouvrir graffitis, ramasser détritus, récurer, ou bien danser avec des petits vieux à l’heure du thé.

Tout bascule le jour où un terrible et étrange orage éclate, et les voilà, en un éclair, affublés de supers-pouvoirs. Oui des supers-pouvoirs ! Parmi lesquels : l’invisibilité, lire dans les pensées ou encore remonter le temps, diantre ! La nature des pouvoirs correspondant à la personnalité des 5 jeunes gens comme une extension d’eux même.

Un langage fleuri

Rien à voir avec Heroes, très « américain », ici les dialogues sont délicieusement gras et désopilants, les personnages sont sauvagement natures et régulièrement tournés en ridicule, mais surtout ils ne cherchent en aucun cas à utiliser leurs pouvoirs pour sauver le monde. Le suspens et la tension sont au rdv, servis par des acteurs avec une vraie gueule, un cadrage soigné et des décors minimalistes voire graphiques.

Quant à la musique, 90% des titres sont anglais issus de groupes mythiques ou fraîchement démoulés : Metronomy, la Roux, The Cure, Blur, Unkle, Foals, The XX, Florence and the machine, Echos and the bunnyman et j’en passe ! Chaque épisode pousse le bouchon un peu plus loin et croyez-moi on se fends la poire ! Une série rafraichissante et captivante à regarder au plus vite🙂

2 réflexions sur “Misfits, une série brut de décoffrage

  1. Ah Misfits, oui une bien belle découverte, comparée (à tort à « skins » cette série met une grande claque de 42 courtes minutes chaque semaine, de quoi devenir un vrai masochiste tellement s’en est bon!

  2. Ping : *Nouvelle série + découverte musicale* «

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s