Mon collègue D. et la musique

Mon collègue a 57 ans et j’en ai 30.
On s’entend comme cul et chemise. On a le même humour imagé et de répétition. On peut discuter de tout, on est souvent d’accord, mais parfois on s’engueule…fort. On est resté 3 jours sans se parler… dans un open space ça peut être pesant. Mais on s’explique, on échange. On se chamaille pour les stabilos jaunes (on est d’accord, ce sont les plus beaux) et 2 minutes après on parle politique… vous voyez le genre !
C’est une chance que je savoure d’avoir une telle relation de travail, car on passe tant de temps au boulot. Travailler avec des cons ça peut vite devenir un enfer. Mon collègue je vous en avait fait l’apologie ici.

Mais revenons à l’objet de mon article, mon collègue et la musique.

LA MUSIQUE. Sujet que nous abordons régulièrement car le bougre a travaillé dans une radio, et fait partie du staff de sécurité lors de concerts. Rien de tel pour me faire rêver, il ne manque plus qu’il tienne un bar musical un jour et là… je meure.

Récemment je lui ai demandé ce qu’il écoutait ado, et voilà le récit en route.
Nous sommes dans les années 70, D. fait partie du club de foot d’une petite ville plantée au beau milieu de champs de céréales et de pommes de terre.
« La civette »est alors le lieu de ralliement avant et après chaque entrainement, un bar tenu par Roland, ancien soldat revenu de Corée, reconvertit en entraineur de foot et barman. Roland une armoire à glace au coeur caramel. Dans ce bar il y avait un jukebox que Roland approvisionnait avec l’aide des garçons branchés musique dont D. faisait partie. C’est ainsi que sans magasins de vinyls à proximité, ni même de bonne radio à capter, le jukebox devenait le Saint Graal de l’ado permanenté de l’époque. Voyez-vous, le jukebox avait ceci de magique, qu’il permettait à la fois de connaitre des musiques venues d’outre manche, et de draguer la mignonne.

La civette recelait de formidables galettes comme par exemple :

T-REX – Get it on : la performance du groupe commence à 1:30 avant, pour les curieux il y a le générique de Top Of The Pops année 71 oulà ! Vous pouvez observer la danse des filles hippies en second plan ça vaut le détour tout ça. Petit featuring au piano je vous laisse deviner qui ? facile.

JETHRO TULL – Thick as a brick

SLADE

Pour ma part, et afin de boucler la boucle, j’ai découvert le groupe TRAFFIC au hasard du visionnage d’une série que j’aime (je l’avais déjà évoqué ici).

Aller, bisous cybercopains et bon WE !

6 réflexions sur “Mon collègue D. et la musique

  1. Jethro Tull est un peu daté (terrible le solo à la flute ! (même si j’aime beaucoup a flute), ça vaut les solos de sax des années 80), mais T-Rex résiste plutôt pas mal pour un dinosaure (oui, je sais, elle est facile).

    Et il arrivait vraiment à emballer sur Slade ? ^^

    Bon, je me moque un peu, mais c’est quand même vachement mieux qu’Hervé Villard ou Frédéric François

    • Chaque groupe cristallise un peu son époque, c’est irrémédiable, mais quand la musique est bonne, faites avec le coeur (oulà attention cliché) elle traverse les années sans prendre une ride. Regarde une certaine forme de psychédélisme revient avec des groupes comme MGMT, de bons trips de 10 à 20 minutes des années 2000.
      Pour revenir à D. je ne pense pas qu’il emballait sur Slade, non ! « Emballer » est un bien grand mot, disons faire connaissance et pour ça pas besoin de slows. Ceci n’est qu’un bref aperçu de ses goûts de l’époque, il y avait de la chanson française aussi. En tout cas c’est dans ce bar qu’il a rencontré sa femme !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s