Karin Dreijer Andersson, la suédoise dark et tourmentée

Karin Dreijer Andersson. En cette nuit d’Halloween, je n’ai pas trouvé mieux comme sujet !
La noirceur et le mystère sont au rendez-vous chez cette suédoise dark et tourmentée. Comme promis il y a longtemps j’aborde enfin le sujet.

Karin Dreijer Andersson.

Cette femme incarne une entité musicale tout à fait intrigante, versant dans des projets de plus en plus extrêmes et expérimentaux. Personnellement, elle hante mes oreilles d’une manière tout à fait agréable depuis 3 ans quand je l’ai découverte avec son projet solo Fever Ray. Je précise immédiatement pour ceux qui ne connaissent pas, c’est très spécial, la voix, l’ambiance sonore… Pas de concessions, on adore ou on déteste.

Mais pour façonner Fever Ray plusieurs étapes musicales ont compté.

HONEY IS COOLla jeunesse musicale de ce groupe rock indé cache déjà un drôle d’oiseau !
Avant de devenir Fever Ray, ce personnage sans véritable visage, cette silhouette de sonorités ténébreuses et glacantes, Karin Dreijer Andersson a été pendant 6 ans la chanteuse tout à fait ordinaire d’un petit groupe suédois prénommé « Honey is cool ». A l’époque, entre 1994 et 2000, le petit minois de Karin ne laisse absolument pas présager ce qui se trame dans ce cerveau alambiqué. Quels projets murissent déjà dans son esprit ? Quelle vision de l’art, de la musique, et de la représentation a-t-elle ?

THE KNIFE – le groupe underground déroutant qui va redistribuer les cartes et lancer la carrière de Karin
Dans les années 2000, elle fonde avec son frère Olof un duo électro pop underground. The Knife est insaisissable, volatile, perturbant. La musique du groupe oscille entre des moments très dansants, joviales, et des mélodies sombres, cristallines, aux voix déformées et effrayantes. Les frère et soeur travaillent également l’aspect visuel de leur groupe, en se grimant en gymnastes des années 80, en se dissimulant derrière des masques chimériques, en se peignant des visages surréalistes.


Trois albums entre 2001 et 2006, une bande originale pour le film suédois « Hannah Med H »  en 2003 et la musique d’un opéra sur la théorie de l’évolution en 2010. The Knife ne chôme pas et se lance en permanence de nouveaux défis. L’une des meilleures illustrations est la représentation scénique, un seul concert en Suède en 2006 pour l’album « Silent Shout ». Une prestation conçue comme un performance artistique, se jouant des codes habituels du concert, les personnes sur scènes jouent-elles vraiment ? est-ce vraiment eux ? etc.
Handy man BO de « Hannah Med H »

SILENT SHOUT : AN AUDIO VISUAL EXPERIENCE – Le titre Kino lors de l’unique concert de The Knife en 2006

TOMORROW, IN A YEARL’opéra expérimental sur la vie du naturaliste Charles Darwin

FEVER RAY – la chimère musicale où le primitif rencontre le minimalisme numérique
Nous y voilà, Fever Ray, ce rayon de lumière dans la nuit, cette étrangeté familière, ces sons enivrants. J’ai eu l’opportunité de voir Fever Ray à l’Olympia il y a 2 ans et je peux vous assurer que le spectacle valait son pesant de cacahuètes. Une fois encore Karin surprend par sa mise en scène redoutable, sa voix très maitrisée malgré son aspect fragile et cassant, le choix des costumes, des musiciens… Tout était savamment orchestré, minutieusement calculé. Fever Ray n’a sorti qu’un album en 2009, et pourtant elle a immédiatement recueilli des avis enthousiastes et admiratifs. Bon difficile de vous mettre seulement quelques extraits, à mon sens l’intégralité de l’album est à savourer comme un film aux émotions variées.
Quant à l’avenir, que nous réserve-t-il ? Karin participe à de petits projets de ci, de là, moi ce que je voudrais c’est son retour parmi nous, bousculant le quotidien, la normalité, offrant une parenthèse de bizarre salvateur. Me revoilà partie à rêvasser ! Happy Halloween everyone🙂


Fever Ray le site : http://feverray.com/
The Knife le site : http://theknife.net/
Rabid Records le site : http://www.rabidrecordsstore.com/Store/DisplayItems-2-0-AllMusic.html

12 réflexions sur “Karin Dreijer Andersson, la suédoise dark et tourmentée

      • si je puis te recommander 2 disques d’un groupe suedois qui surfe sur la vague rock progressif (ce groupe est initialement un groupe de death metal prog) le groupe est Opeth et les deux disques sont Damnation et Heritages, ambiances assez dark pour le premier et l’autre est un vibrant hommage au rock progressif et au jazz rock des années 1970. Ces deux albums ne sont pas bourrins au contraire.

      • J’avais un pote à l’école d’arts graphiques qui écoutais souvent ça, on se faisait des soirées musique entre copains avec au menu hard rock, rock progressif, metal, black metal etc. J’ai du l’entendre bien des fois, et puis tu m’en a déjà parlé je crois, donc je vais m’y pencher c’est promis🙂 Merci de tes conseils et de tes commentaires toutjours très sympas à lire !

  1. Ping : Apparat Organ Quartet : un voyage dans l’espace à bord d’un vaisseau islandais | Nom de Zeus, fabuleux !

  2. Ping : Hello 2013 ! | Nom de Zeus, fabuleux !

  3. En fait, il n’y a que moi, qui n’ai pas aimé le concert de Fever Ray à l’Olympia, on dirait !
    Ca n’empêche que je suis fan de la musique.

    Je ne connaissais pas Honey is cool. C’est très différent de la suite. Et – oh mon Dieu – on voit le visage de Karin Dreijer Andersson !

  4. Ping : Introspection mon amour | Nom de Zeus, fabuleux !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s