C’était bien, c’était chouette ! : Nosfell à la Maroquinerie

NOSFELL-Maroquinerie-Mars20142-ManuWino-live-photographyExaltantes retrouvailles entre Nosfell et son public mercredi soir à la Maroquinerie. Palpable le trac, partagé par l’artiste et l’assistance, ce fameux trac qui s’empare des personnes qui s’aiment beaucoup et se retrouvent après une longue période d’éloignement, maladroits comme des chiens électriques. Radieux ce sourire, présent partout sur les visages de la foule envoûtée par l’aura du longiligne et charmant Nosfell. Ce soir là l’amour de la musique était bel et bien massif !

19H30 – L’ambiance est détendue, presque familiale dans la petite salle « roots » du 20e arrondissement de Paris. Les gens se languissent de revoir le timide exubérant qu’ils aiment tant. Mais au lieu de cela, c’est Fiodor Dream Dog qui entre sur scène pour une première partie intimiste. Tatiana Mladenovitch, seule à la guitare, affiche une assurance inoxydable et une fantaisie grimacière bien sympathique. La voix est posée, son grain est agréable, elle imite parfois le son d’une trompette jazzy. Pas mal du tout ! Le style de musique ? Un bon petit rock à la bougie dont la guitare sait se faire puissante et dense.

NOSFELL-Maroquinerie-Mars2014-ManuWino-live-photography21h – Tintent les premières notes de « IjKoliv », prélude en klokobetz qui ouvre le show. Nosfell apparaît enfin dans un trait de lumière, suivit de Thibault Frisoni (guitare, boîte à rythmes) et Donia Berriri (claviers).
« The Hazards of Wishing Wells » entame le set avec énergie et « Île Mogador » poursuit le voyage dans une contrée baroque. Là, je commence à me dire que toutes mes favorites vont s’y retrouver : joie, bonheur, délectation !
Puis Nosfell annonce un petit retour en arrière, le temps d’un classique comme « Gouz Mandamaz » qui provoque une montée en puissance des cris et des applaudissements. Je découvre ensuite « Bargain Healers », une chanson du 3e album que je n’avais jamais eu l’occasion d’entendre en concert et dont l’interprétation est fantastique. Booyah !! la soirée s’annonce grandiose !

Nosfell l’alchimiste
En à peine 4 morceaux, Nosfell montre l’étendue de ses talents et prouve une fois de plus combien il est inventif dans sa manière d’aborder le live. Tissant progressivement la toile de ses chansons, il combine des sons préenregistrés qu’il mêle à des « beats » organiques, des bribes de voix et des respirations réalisés sous les yeux médusés du public. Fort de cette trame sonore colorée, il brode la partie instrumentale avec ses musiciens, qui elle aussi peut être enregistrée et mise en boucle. Une mécanique complexe, bluffante de maîtrise. Vient enfin l’apposition des voix aux tonalités plurielles, sertissant l’ensemble de sequins brillants. La magie opère indéniablement !

NOSFELL-Maroquinerie-Mars20142-ManuWino-live-photography3L’immense joie de « performer »
Malgré quelques misères techniques, Nosfell a déployé une énergie incroyable galvanisant la foule en liesse. Il a su tombé le masque, aux oubliettes le griot mystérieux ! Bavard, jovial, blagueur, Nosfell était tout simplement lui-même, ne perdant jamais de vue cette formidable faculté d’improvisation et cette caractéristique toute Nosfellienne de « mettre ses tripes sur la table ».

En milieu de concert, la lumière a dessiné une alcôve où Nosfell s’est blottit seul à la guitare pour entonner « Mindala Jinka »une autre de mes favorites. En enregistrant les beats du commencement, les cris extatiques de la foule se sont retrouvés par hasard sur la bande, conférant à la boucle rythmique un petit air de tribu indienne. Joli moment se poursuivant avec la planante « Shaünipul »chanson qui me ramène tellement de souvenirs en tête…

Instant gothique comme le définit Nosfell, suivront « Ta main, leurs dents » et « Rubicon »décidément cette set list m’est dédicacée ! Il manquait juste « Likadê Liditark » et j’aurais été totalement comblée (« cette playlist est pour toi Sophie, bisous Nosfell » oups je m’égare !). « Rubicon » s’achevant sur une transe rock, Nosfell s’offrira un bain de foule inattendu, deux rappels et la participation du public sur le mystique « Counting griefs ».

Comment conclure ? Nosfell a su varier les plaisirs, oscillant entre énergie brute et délicate poésie. Je n’ai qu’un mot à dire : « Cool, j’en veux encore » ! (Il y a plus d’un mot mais avec Nosfell je ne peux pas faire autrement).

Crédit photo : Manuwino live photography
Nosfell ?
Mon article de présentation disponible ici – Mon interview par là
la chronique d’Amour Massif ici

9 réflexions sur “C’était bien, c’était chouette ! : Nosfell à la Maroquinerie

  1. Bravo pour cet article, quelle plume ! Ce concert était effectivement un fabuleux moment, merci de me l’avoir fait partager.

    • Oh mince😦 Bon le prochain concert que je fais à Paris je te contacte avant, il faut que l’on se rencontre😉 Tu as apprécié le concert ? tu vas écrire un article ? A très bientôt ! Bon WE

  2. Ping : bye bye 2014… Hello 2015 ! | Nom de Zeus, fabuleux !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s