Rock Werchter 2014, j’y étais !

Nom-de-Zeus-Fabuleux-Rock-WERCHTER_2014La vie passe à une vitesse… c’est effroyable non ? À peine le temps de déposer mon balluchon après ce périple musical que le quotidien reprenait déjà sa course folle volant odieusement mon insouciance. Roch Werchter c’était il y a 3 semaines et pour moi c’est comme si c’était hier.

ENFIN !
Il m’en aura fallut du temps pour participer à mon premier vrai festival de musique. 4 jours pleins en mode camping et festivalière non maquillée, Nom de Zeus ça valait le déplacement ! Une fois encore je dois remercier Fabien et Audrey pour ce fabuleux cadeau. Big up les copains !

« OUERRTÈRRR » ENVAHIT !
Petite bourgade de Belgique en contrée flamande, Werchter abrite en temps normal quelques 3500 âmes. Les maisons en brique sont proprettes, les haies parfaitement fleuries et le gazon impeccable. Aucun déchet n’entache le paysage, les oiseaux coulent des jours heureux… et pourtant c’est ici que des murs d’enceintes crachent décibels et musiques mythiques une fois par an. C’est là encore que viennent chaque année depuis 1975, les amoureux de la musique en plein air. En 4 jours, plus de 350 000 badauds ont foulé les champs verdoyants de Werchter. Impressionnant.

AMBIANCE !
Passée l’appréhension de se faire écraser les panards par une foule compacte et après avoir enduré la station debout pendant 10h, un festival de musique c’est d’abord une ambiance dont on se délecte au fil des jours.
Au delà de la musique partout et à toutes heures, il règne à Werchter un vivifiant sentiment de liberté. Paradoxal car le lieu est clôturé, surveillé et il faut évoluer dans un périmètre où un burger vaut 10 euros. OUFTI !*
Une fois dépassé ce terrible constat (un festival de musique demeure une machinerie commerciale impitoyable)
on peut profiter pleinement des artistes en live. 20 concerts programmés par jour et dispatchés sur 3 scènes différentes (2 chapiteaux et la main stage), le choix est cornélien. J’ai vu en moyenne 4 à 6 concerts par jour, dont 8 en entier, ça compense les concerts loupés cette année !
Je n’arrive pas à savoir ce qui a été le plus plaisant à mes yeux ?
Me délecter que les premiers rangs se dispersent pour arriver toujours plus près de la scène ? Trouver dans la foule la personne déguisée qui me fera le plus marrer ? Vivre le chauvinisme belge pour les red devils (équipe de foot) ? Élire le plus beau tatoué ou entendre la musique depuis le camping au chaud dans son duvet après des heures de pluie battante ? J’hésite !
red-devils-belgium-werchter-2014

Mais alors qui ai-je pu bien voir là-bas ?

JOUR 1 : Mise en jambe sous un soleil de plomb

Valerie June, la belle black aux dreadlocks de méduse était en forme et c’était communicatif.

Miles Kane chouette découverte, une énergie britannique fort appréciable, je plussois !

White Lies ce fut un grand plaisir de retrouver la voix tubulaire du british Harry McVeigh, même si, seul le premier album m’a vraiment marqué, j’étais contente de les entendre à nouveau. D’ailleurs j’ai fredonné cette chanson plusieurs jours après le festival :


London Grammar quelques chansons seulement et de très loin mais la magie a opéré tout de même
Damon Albarn observer l’un des mec les plus créatif et des plus sympa que le monde de la musique compte en son sein : c’est du bonheur en barre ! Mr Albarn bravo :


Placebo comme prévu je n’ai pas vibré, la magie des premiers albums s’est totalement estompée à mes yeux. J’ai pourtant réessayé d’écouter sans a-priori durant ce concert, mais ça n’a pas marché…
Warpaint le concert des californiennes fut l’un des plus beau que j’ai pu voir. Soleil couchant, brise chaude et le rythme cardiaque ultra calme, j’ai vraiment apprécié le rock progressif et psyché de ses filles à la classe incroyable.

Metallica il fallait les voir au moins une fois dans sa vie, c’est fait ! Les papis du rock sont infatigables et leur show un peu « too much », en voyant cette débauche de lumières et d’écrans géants j’ai imaginé la main stage directement branchée à une centrale nucléaire. Fallait au moins ça pour envoyer autant de watts !

JOUR 2 : Chaleur sous chapiteau et mystique main stage

The 1975 un groupe pour les ados, trop maniéré et vite saoulant… cela dit j’ai bien siesté grâce à eux.
Rodrigo y Gabriela enfin j’ai vécu le phénomène en live, une dextérité indéniable !
Ellie Goulding une jolie voix sur une musique pop propre, why not ? de temps en temps seulement
Crystal Fighters Werchter 2014
Crystal Fighters, premier concert en entier, j’avais hâte de voir les basques à l’oeuvre. Hé bien les gourous électro pop envoient bien ! la foule était ultra serrée et il faisait une chaleur diabolique, très bon moment !
Arctic Monkeys longtemps que je les boude, trop de succès, trop mis en avant par les radios… hé bien leur show noir et or à la lueur de la lune m’a bien plu ! « Trop mou » pour les fans de la première heure comme mon pote Fabien, perso j’ai au contraire bien aimé cette messe rock bien maitrisée

JOUR 3 : Toute la pluie tombe sur nous

Tune-Yards, pétillante et fantastique, Merill Garbus a produit un show vitaminé qui a édulcoré le ciel nuageux

Triggerfinger, belle découverte stoner, un groupe flamand classe et énergique

The BAlck Keys Werchter 2014The Black Keys – sous la flotte, expéditif mais bon !
Trentemoller le Dj danois a de l’imagination et des de belles mélodies sous la botte, on en a écouté peu mais cela a suffit à me plaire
Pixies concert mythique sous une pluie battante, Franck Black et sa musique n’ont pas pris une ride, pfffiou ! extraordinaire

 


JOUR 4 : trombes d’eau et feu d’artifices de talents

Kuroma jeune groupe New-Yorkais à suivre (oh mais dites-moi qui joue de la basse et de la batterie ?)

– Reignwolf chouette découverte, un blues rock bien sale et un show animal rrrrr !

– Metronomy
metronomy-love-letters-concert-urban-muse-recordsGrande classe pour le groupe confit de bonne humeur ! Décors et costumes étaient fantastiques.
Commencer par « Holiday » et finir par le vieux titre « You Could Easily Have Me » déjà c’était super pour moi mais y inclure « Reservoir » « Heartbreaker » et « Corinne » j’ai chaviré !
Foals, très bon concert, très belle énergie j’étais ravie !
– MGMT terminer par MGMT c’est la cerise sur le gâteau

– Stromae, depuis le camping sous la tente, mon seul regret est de ne pas avoir eu l’énergie de tenir encore 4h sous la pluie pour le voir… tant pis !

Pour résumer, Werchter est un festival bien organisé sans bousculades et avec beaucoup de fun. Le rapport nombre de concerts / prix est imbattable et les belges / flamands sont très sympas (sauf quand ils jouent au foot sur votre tente).

Mes recommandations pour un festival réussi :
Le « lâcher prise » est de rigueur : ne pas cogiter, vivre au présent, se détendre
– Flâner d’une scène à l’autre, s’arrêter pour manger des frites (une fois) et les accompagner d’une bonne petite mousse
– Ne pas hésiter à être pompette, quand il pleut ça réchauffe !
– Siester à même le sol, le visage réchauffé par le soleil et balayé par le grand air tout en écoutant le groupe de la main stage
– Se rendre aux sanitaires du camping avec les lunettes de soleil, ça change tout !

Crédit photo : Rock Werchter

5 réflexions sur “Rock Werchter 2014, j’y étais !

  1. Bonjour Ladislas !

    Merci pour tes commentaires (aller j’y vais, je te tutoies). En effet, voilà trop longtemps que je n’avais pas écris, ça me manquais ! Je suis également contente de voir que tu es toujours un fidèle lecteur du blog, merci !

    Concernant « the last shadow puppets » hé bien non je ne connais pas et je viens d’écouter, j’aime beaucoup il va falloir que j’en écoute plus ! J’aime beaucoup les artistes qui multiplient les expériences musicales. N’hésites pas à me conseiller d’autres groupes, je suis preneuse.

    A très bientôt ici ou à Paris (je t’envois de mes nouvelles par mail)

  2. Han, tu connais pas The last shadow puppet ? Cet album est juste une tuerie totale !!!
    Bon, sinon, merci pour le compte-rendu, tu as l’air de bien t’être amusée.
    Moi j’attends avec impatience de (re)voir Tune Yards, je l’adore cette meuf🙂

  3. Ping : bye bye 2014… Hello 2015 ! | Nom de Zeus, fabuleux !

  4. Ping : Festiv’art : comment un festival culturel prend vie ? | Nom de Zeus, fabuleux !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s