2016 : Peace, Love and Music

2015… Quelle année, n’est-ce pas ?

Je pense que chacun d’entre nous se souviendra où il se trouvait le 7 janvier et le 13 novembre 2015.

JE SUIS CHARLIE
Je-Suis-Charlie-Jean_JullienLe 7 janvier 2015, je bossais tranquillement quand j’ai reçu le texto d’une amie : « Sophie, il y a eu des attentats à Charlie Hebdo, Charb est mort… » Je me suis empressée d’en parler à mon collègue et très vite on a eu la confirmation sur internet… Charb était bien mort, comme la quasi totalité de la rédaction de Charlie Hebdo… Je me suis immédiatement souvenue de la seule et unique fois où j’ai rencontré Charb, c’était au Festival du Film Grolandais en 2007. Il dédicaçait un « Maurice et Patapon » sous le soleil picard, il était décontracté et souriant… Le jour suivant le massacre, mon collègue et moi avons suivi, le coeur serré, la traque des frères Kouachi en direct. Je n’oublierai jamais ces 2 journées glaçantes.Charlie-Hebdo-montage-couvertures
Il m’arrive de lire Charlie Hebdo de temps à autres, bien souvent dans les moments politiques les plus délicats ou parce que la couverture est truculente. Je considère cette lecture comme un soutien amical, le rire pour supporter la peur, une façon de dealer avec la noirceur de l’être humain. Bousculer, critiquer, faire marrer et réfléchir en une image, c’est très fort et j’admire ceux qui réussissent ce difficile pari. Onze mois après le massacre de 12 personnes, Charlie allait avoir du pain sur la planche pour nous faire sourire…

La-reponse-de-Charlie-Hebdo-aux-terroristes-de-ParisFLUCTUAT NEC MERGITUR
Le 13 novembre 2015,
vautrée au chaud dans mon plumard, je regardais une série sur ma tablette. Une fois l’épisode terminé, j’ai checké Facebook : Attentats… Bataclan… Eagles Of Death Metal… Stupeur et tremblements… Après avoir parcouru plusieurs articles de presse et commentaires d’amis, j’ai allumé la TV et je n’ai pas décroché des images cauchemardesques avant 4h du matin…
Sept ans plus tôt, j’assistais au concert des Eagles Of Death Metal sur la même scène au Bataclan… On était 4 amis à s’être retrouvés là-bas, au programme : rock n’ roll, fausses moustaches et bonne humeur… la soirée était géniale. Le 13 novembre dernier les « copains de concert » n’ont pas eu droit à cette insouciance très longtemps…
Seule devant ma TV, j’ai transposé l’horreur dans mes souvenirs de ce concert passé… ça aurait pu être nous. Sidérée comme tout le monde, j’ai chialé comme une enfant en pensant à toutes ces personnes, le passage de la fête à l’effroi… Une folie meurtrière incompréhensible.
Dessin-Paris-attaques-13-novembre-2015-1050x1027Après une semaine où les documentaires, émissions spéciales et hommages aux victimes des attentats se sont succédés, une cérémonie a clôturé cette sanglante année par un concert de Johnny sur une Place de la République quasi déserte… WTF !!! Pourquoi finir dans un pathos télévisuel dégoulinant ? Pourquoi Johnny ? Ils doivent bien rigoler là-haut je pense… c’est déjà ça.

Heureusement 2015 ne fut pas seulement chagrin et paralysie.
La vie a suivi son cours comme elle le fait toujours. J’ai enfin vu System Of A Down en concert. Il y a eu un bébé, une petite fille dont je suis la marraine et qui a illuminé cette année sordide de son large sourire. J’ai pu couvrir mon premier festoche en mode « presse » et je ne suis pas peu fière ! J’ai vu l’exoconférence d’Astier : fan forever ! …Nom de Zeus, Fabuleux !’ a fêté en décembre ses 5 ans d’existence.

Et puis il y a eu la musique, la belle, toujours présente, éclectique et vitale.

Cinq concerts post-Bataclan :

Dirty South Crew, groupe amiénois métissant les styles ragga, rock, rap et violon classique avec une aisance remarquable et singulière.

Vaudou Game, mélangez un togolais et des lyonnais et vous obtiendrez une funk habitée.

Eleanor Shine, quand le violon usurpe la brutalité des sons de guitares saturées ça donne un onirisme à double tranchant.

Arandel, deux laborantins de la musique électroacoustique parcourent leur collection de synthés, de percussions étranges, de theremin et de flute traversière pour un voyage cosmique hallucinant.

No One is Innocent, plus de 20 ans de carrière et pas une ride ! Rébellion et revendications intactes dans la fournaise de la Puce à l’Oreille (petite salle riomoise (63) fort sympathique).

En 2015, j’ai fait quelques découvertes musicales :
Ibeyi
Jeanne Added
Sarah McCoy
Lidwine
This is the kit
Sallie Ford
Nicole Sabouné
Bror Gunnar Jansson

L’année fut très riche en festivals :
Festival les nuits de l’alligator
Festival les femmes s’en mêlent
Festival R4
Festiv’art
– Picardie Mouv

Quatre albums m’ont mis à genoux :
The Great Pretenders – Mini Mansions
– Epitaph – Moriarty
Ha Ha – The Garden
– Art Angles – Grimes

J’ai profité d’une parenthèse mystique délectable

Des artistes bizarres et inspirants m’ont littéralement obsédé :
Mein chouchou bi-face

The-Garden-Twins-Hedi-Slimane
Crazy vancouver baby

Grimes_Tommy-Chase-Lucas_web

 


Cinq clips m’ont vraiment marqué cette année
:
1 – Borders de  M.I.A

2 – The Less I Know The Better – Tame Impala

3 – Nasty – The Prodigy

4 – Vertigo – Mini Mansions

5 – Egg – The Garden

Alors que souhaiter pour 2016 ? A mon sens, trois mots devraient suffire à notre bonheur : peace, love and music ! Et un mot d’ordre : créer !

Bonne année 2016 cybercopains, prenez soin de vous et de vos proches.

Crédits photos : Charlie Hebdo, Jean Jullien, Eagles Of Death Metal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s